• La cérémonie d'ouverture de La Boutique Paysanne du Plateau le mercredi 03 mai 2017 à 16h00 au sein de la Chambre d'Agriculture
  • Rencontre des points focaux des Chambres Régionales d'Agriculture avec le Ministre de l'Agriculture  le vendredi 05 Mai à Bonahouin sous préfecture d'Akoupé

  • Cérémonie de lancement du Salon de l'Agriculture et des Ressources Animales  le 04 Mai 2017 à l'hôtel le Radison Blu

  • La cérémonie d'ouverture de La Boutique Paysanne du Plateau le mercredi 03 mai 2017 à 16h00 au sein de la Chambre d'Agriculture

  • Séance de travail entre  le Président de la Chambre d'Agriculture et les différents points focaux des Chambres Régionales d'Agriculture le  mercredi 03 Mai 2017 à la Chambre d'Agriculture

Filère banane plantain

Culture de case à l’origine, le bananier plantain a, depuis les années 50, connu une grande expansion grâce à son association avec le café et le cacao.

La banane plantain est le premier produit vivrier de la zone forestière et la production nationale est évaluée à 1 100 000 t par an. Les bananes sont généralement associées aux jeunes plantations de cacao et de café et leur extension est surtout liée à ces deux cultures. Cependant l’on trouve depuis quelques années, des plantations entières de bananiers.

La récolte couvre normalement sur toute l’année même si on observe une pénurie saisonnière d’avril à septembre. La production autoconsommée à environ 60%, fait également l’objet d’un commerce interne entre les régions de production et les centres urbains. Aujourd’hui, elle donne lieu à des exportations croissantes aussi bien au niveau sous-régional qu’international.

Evolution des productions

La production de bananes a subi un bond remarquable de 2007 à 2008. Elle est passée de 1 500 000 tonnes à 1 680 000 tonnes.

Source : DSDI/MINAGRI (estimation)

Evolution des superficies

 

Source : DSDI/MINAGRI (estimation)

 

Organisation de la filière

Les acteurs de la filière sont généralement des femmes. Elles se regroupent dans certains cas en coopératives agricoles.

PERFORMANCES

Résultats de la recherche agronomique

Au plan scientifique, des moyens, des techniques et des procédés ont été mis au point pour améliorer la qualité de la banane plantain sur les marchés, accroître sa durée de vie économique et augmenter les rendements des bananeraies.

Un répertoire de technologies adaptées et à coûts relativement réduits, des procédés existants et pouvant être adoptés en matière de conservation et de transformation de l’igname et de la banane plantain est disponible auprès de la Société Ivoirienne de Technologie Tropicale (I2T).

CONSERVATION / TRANSFORMATION

Malgré une autosuffisance relative en banane plantain, l’on constate son indisponibilité sur nos marchés à une période e l’année. Cette indisponibilité est liée aux nombreuses pertes post-récolte (environ 30 à 40% de la production), à l’accès difficile aux grands centres de production, aux difficultés de conservation et à la faible transformation de ces produits.

Traditionnellement la banane plantain est consommée sous diverses formes (foutou, foufou, aloco etc.)

Des procédés modernes permettent de transformer la banane plantain en chips, cossettes, farine stabilisée et confiture.

COMMERCIALISATION

En Côte  d’Ivoire, le secteur de la banane plantain est dominé par les femmes qui le contrôlent depuis la production jusqu’à la commercialisation. La banane plantain produite en Côte d’Ivoire est aussi vendue dans la sous-région, au Mali, au Burkina Faso. Le transport de la Côte d’Ivoire vers le Burkina se fait par voie ferroviaire. Tandis que le transport au Mali est beaucoup plus difficile du fait de l’absence de voie ferroviaire.

Par ailleurs, le marché de la banane plantain existe en France et en Belgique depuis plus d’une trentaine d’année. Il s’agit d’un marché en expansion dont les principaux consommateurs sont originaires des zones tropicales (Afrique, Asie, Amérique latine et Antilles).

ANALYSE PROSPECTIVE

Forces

  • Conditions climatiques favorables
  • Prix intéressants en période de pénurie

Faiblesses

  • Problème de conservation
  • Faible transformation de la production

Menaces

Perte du potentiel génétique

Opportunités / enjeux

Existence d’un marché intérieur et de débouchés sous-régionales

PERSPECTIVES

Actions déjà menées

  • Etude réalisée pat Ivoirienne de Technologie Tropicale (I2T), « L’état des lieux et de diffusion des techniques de transformation et de conservation post récolte de l’igname et de la banane plantain ».
  • Le PPAAO / WAAPP par le MINAGRI
  • Programme de recherche, de conseil et de vulgarisation
  • Formation appui aux OPA réaliser par FIRCA

Interventions spécifiques envisagées dans le PNIA

  • Appuyer la production intensive de la banane plantain.
  • Produire des semences de pré-base et de base performantes de coton et de vivriers
  • Mettre en place une parafiscalité sur les produits vivriers
  • Appuyer les jeunes et les femmes dans la production de vivriers

 

 

Rôle et missions

 

Les Chambres d'Agriculture qui sont des institutions professionnelles et représentatives au service du monde rural, ont pour ressortissants les professionnels exerçant à titre principal dans les secteurs d'activité prédéfinis ci-après : Agriculture, Elevage, Pêche et Exploitation forestière.

Les Acquis

 

Les chambres d'agricultures ont bénéficié de conditions favorables, en premier lieu la volonté politique constante  du gouvernement et en deuxième lieu l'appui des partenaires nottament la FAO, le PNUD, l'ACDI, l'USAID, la banque mondiale, la coopération néerlandaise, la coopération française et l'UE.

Nos Engagements

 

A travers son président, elle s'est vue confier des responsabilités dans ces organisations, à savoir: vice-président du réseau des chambres d'agriculture de l'afrique de l'ouest (RECAO), 1er vice-président du comité des agriculteurs africains de la fédération internationale des producteurs agricoles (FPM).

Chambres d'Agriculture © 2015